« Femmes, création et production » est bien lancé

Cette année, Femmes Création et Production compte des invités de marque dans son agenda. Maria Bello, Kim Kardashian, Patricia Arquette et Kris Janner. A la soirée de lancement de la foire le vendredi 9 décembre au Karibe, elles étaient toutes là et on fait rêver plus d’un en présence de la Première Dame de la République, Sophia Martelly.

Publié le 2011-12-09 | Le Nouvelliste

5 h 05 p.m. Le noir tombe sur Pétion-Ville. Dans la cour de l’hôtel Karibe Convention center, des ampoules brillent de mille feux. Un arbre de Noël géant trône au haut des escaliers menant à la piscine. Scintillant, chic, imposant. Pour les clients du plus grand hôtel de la place, la magie de Noël fait déjà effet. Aujourd’hui les jardins sont tranquilles. Quelques gens, çà et là, discutent en riant, dégustent des plats qui excitent l’odorat ou sirotent leur verre de cocktail sans se hâter. Le son exotique d’une musique orientale traverse les sens ; doucement, elle glisse dans l’oreille et invite au repos. Ici, le temps s’arrête et on se sent bien. 5 h 25 p.m., je fais le tour de la cour. Le coktail de lancement de « Femmes Création et Production » prévue pour 5 heures n’a pas encore débuté. Je ne m’étonne pas. Quand on veut rencontrer une star internationale comme Kim Kardashian, on annule le reste de sa soirée et on attend. Patiemment. En effet, on murmure que l’artiste est invitée ce soir au cocktail d’ouverture de la foire qui se tiendra ce week-end à l’hôtel. Bonne enfant, je m’assieds à une des tables rondes en fer qui meublent la cour et j’observe le ballet effacé des serveurs. Ils m’étonnent. Efficaces et discrets, ils ne se départissent pas de leur sourire aussi pointilleux que puisse être un client. Un bon point pour l’hôtel. 6 h 45 p.m. Toujours aucune trace de Kim Kardashian, de sa mère, ni de Sophia Martelly. La première dame est invitée d’honneur du lancement. Je ne suis pas pressée, deux minutes en aparté avec la star valent bien deux heures d’attente. Dans la cour d’en bas, une grande machine se met en place. Les artisans sont déjà prêts. Les stands, décorés avec les produits de chacun sont alléchants et colorés. Demain, à partir de 10h a.m, les clients pourront venir acheter. Soudain, un remue-ménage dans l’allée qui mène à l’espace aménagé pour les invités. Sophia Martelly est arrivée, la cérémonie va pouvoir commencer. Naturellement, elle va s’asseoir au premier rang. Toutes les cameras sont braquées sur elle, moi, je cherche ailleurs. Je veux voir Kim. Au deuxième rang, des cheveux de jais attirent mon attention. C’est elle. Belle et froide comme une poupée de cire. Un chignon haut souligne son cou gracieux et met en valeur son port de reine. De là où je suis, son nez droit, ses lèvres roses et pulpeuses relèvent son profil fin. Pas de doute, cette fille-là est une beauté fatale. De temps en temps, elle fonce ses sourcils et fait une mimique d’incompréhension avec sa bouche. Elle ne sourit pas. Elle est perplexe et un peu ennuyée. On la sent distraite, mais comme une automate elle applaudit quand le public pousse des cris de joie. Visiblement, Kim n’est pas à l’aise au milieu d’une foule. Plus star des médias que du public, on devine sa capacité à tenir à distance avec un regard ou d’un geste mêmes les plus hardis. Véritable création des magazines people, Kim Kardashian donne l’impression d’être plus proche des caméras que de ses fans. Je la dévisage, fascinée, pendant que les discours se suivent. « J’ai rencontré Maria Bello dix jours après le tremblement de terre. Quand Femmes Création et Production était déboussolé, elle nous a donné son appui et supporte depuis lors la cause des femmes haïtiennes. Aujourd’hui, elle est là, nous l’honorons, la remercions, et elle nous amène même quelques amis d’Hollywood », explique Danielle Saint-Lot, présidente de Femmes Création et Production dans son discours de circonstance. Maria Bello, actrice de renom, est une amoureuse d’Haïti et a toujours défendu les causes des femmes. Aujourd’hui encore, elle ramène Kim Kardashian, sa mère Kris Janner et Patricia Arquette pour contribuer au développement d’Haïti et surtout pour montrer que les haïtiens savent lutter. « Je ne suis pas une héroïne. Ce sont les femmes et les hommes de ce pays qui sont pour moi des héros. Je vous admire et vous respecte beaucoup », a-t-elle lâché émue aux larmes. Pour sa part Sophia Martelly, dans son discours, s’est dit « heureuse et fière d’appuyer les femmes haïtiennes par le biais de Femmes Création et Production. C’est un initiative louable, et ma présence ici prouve que nous sommes avec vous ». La Première Dame a continué plus loin pour remercier « les stars d’Hollywood d’apporter leur contribution et leur influence à l’avancement du pays. Haïti a besoin de femmes comme vous. Nou se fanm vanyan ». Après son discours, Sophia Martelly se dirige vers la sortie, Kim Kardashian sur les talons. Cette dernière s’attarde aux bijoux de Sybille Denis. Elle raffole de tout ce qui brille. C’est son point faible, confie son attaché de Presse. Tranquillement, Kim essaie un collier, ensuite une bague, puis un bracelet et encore une autre bague. Elle les garde sur elle, s’admire devant un petit miroir. Elle ne sourit toujours pas. Du haut de son mètre cinquante, la starlette dégage quelque chose d’indéfinissable. Comme une aura d’Impératrice. On dirait Elisabeth Taylor dans Cléopâtre. Elle impose sa grâce et sa beauté. Hésitante, je demande à lui parler, elle acquiesce et répond posément à ma première question. « Je suis venue avec Maria Bello, ma mère, Patricia Arquette et d’autres personnes pour visiter et apporter mon soutien », susurre-t-elle d’une voix fluide. Elle me fait penser à une Barbie. Fraîche et toujours belle malgré l’heure tardive. « J’aime ce que j’ai visité jusqu’à présent. C’est un pays magnifique, vierge, avec beaucoup de potentiel. Je veux absolument revenir », conclut-elle. Et, enfin, avant qu’elle ne s’échappe, un sourire. Un vrai. Ah ! elle est humaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*